Selon une Étude, la Censure Exercée par les Big Tech sur l’Histoire de Hunter Biden a Multiplié par Deux son Nombre de Vue

24 Oct, 2020 | Actualité, Éxopolitique, PSS et Divulgation | 0 commentaires

Le New York Post a publié le 14 Octobre dernier en une l’histoire d’un « laptop » abandonné : un MacBook Pro déposé en avril 2019 dans une boutique de réparation d’ordinateurs du Delaware, fief du clan Biden. La machine est endommagée, de l’eau est entrée dans ses circuits, mais le réparateur parvient à sauver le disque dur et les données stockées. Le contenu est intact… sauf que personne ne vient le réclamer ni payer, malgré les appels répétés du magasin.

Intrigué, le réparateur examine la machine et constate qu’il est décoré d’un autocollant pour la Fondation Beau Biden, le fils que Joe a perdu en mai 2015 d’un cancer du cerveau. S’ensuivent huit mois au cours desquels l’ordinateur aurait été mis dans un coin de la boutique en espérant que son propriétaire se manifeste. C’est finalement le FBI qui frappe à la porte du magasin en décembre et se saisit du portable. Sauf que le propriétaire a copié le contenu du disque dur et découvert des documents compromettants. Il fait le lien entre cet ordinateur et Hunter Biden, le fils de Joe Biden, qui, malgré lui, a entraîné son père dans l’affaire ukrainienne.

Sur le disque dur figurent des e-mails échangés entre Hunter Biden et des officiels ukrainiens, ainsi que des photos et une vidéo sur laquelle le fils du candidat démocrate fume du crack en faisant l’amour avec une femme, selon le New York Post. Tous les documents auraient été transmis à l’avocat de Rudy Giuliani, avant que le FBI ne mette le disque dur sous scellés. L’ancien maire de New York s’est chargé de les faire « fuiter » au tabloïd new-yorkais. Hormis les images salaces – il est de notoriété publique que Hunter Biden a longtemps consommé de la drogue –, c’est le contenu des e-mails qui pourrait être compromettant pour Joe et son fils. Il y est écrit que le candidat démocrate, lorsqu’il était vice-président de Barack Obama, a bien rencontré un officiel de Burisma, le géant gazier ukrainien, par l’entremise de son fils, qui a un temps siégé au conseil d’administration de l’entreprise. Pourtant, Joe a toujours affirmé n’avoir “jamais parlé à son fils de ses affaires à l’étranger”.

 

A ce scandale politique ukrainien, une affaire qui ne fait que rebondir aux Etats-Unis, s’ajoute un autre scandale : celui de la censure de cet article par Facebook et Twitter.

Twitter et Facebook ont lancé des accusations selon lesquelles l’article utilisait du “matériel piraté” et à verrouillé en conséquence le compte Twitter principal du New York Post à partir de 14h20 mercredi.

Twitter a également empêché les utilisateurs de partager le lien vers l’article du New York Post, qualifiant le lien de “potentiellement nuisible“.

 
 

Le plan de Twitter et Facebook s’est retourné contre eux

Les efforts déployés par les plates-formes technologiques et en ligne pour faire taire le scandale de l’ordinateur portable de Biden concernant le fils du candidat à la présidence Joe Biden, Hunter Biden, se sont maintenant retournés contre les géants de la technologie.

Au milieu de la controverse entourant l’histoire du New York Post, Twitter a pris la décision draconienne de censurer l’histoire.

Cependant, les actions de Twitter ont fini par “presque doubler” la visibilité de l’histoire, en la faisant passer au premier plan.

La société de renseignement médiatique Zignal labs et le MIT ont également révélé que l’interdiction de Twitter avait fini par faire monter en flèche la portée de l’histoire publiée sur le Post. Le MIT a également poursuivi en disant que “l’interdiction mal pensée” a fini par déclencher “l’effet Streisand” en transformant un “article sommaire en un blockbuster incontournable”.

Et puis vendredi, le Comité national républicain a déposé une plainte auprès de la Commission électorale fédérale contre Twitter, affirmant que l’interdiction «équivaut à une contribution politique illégale en nature de la part d’une entreprise à la campagne Biden», selon MIT Technology Review.

 

Twitter a fini par empêcher les utilisateurs de partager l’histoire, même par des messages directs, et a fini par supprimer les tweets qui partageaient l’histoire. Certaines personnes ont également été exclues de leur compte pour avoir partagé l’histoire. La plateforme a également déclaré que l’histoire était interdite sur sa plateforme car elle contenait des informations non “vérifiées” et pouvait également être du “matériel piraté”, mais n’a jamais dit ce qu’était le matériel piraté.

 

Le sénateur américain Josh Hawley a envoyé une lettre au PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, mercredi, demandant des réponses sur les raisons pour lesquelles la plateforme a “censuré” les reportages du Post.

La nature apparemment sélective de cette intervention publique suggère une partialité de la part de Facebook”. “Et vos efforts pour supprimer la distribution de contenu révélant une activité potentiellement contraire à l’éthique par un candidat à la présidence soulève un certain nombre de questions supplémentaires, auxquelles j’attends des réponses immédiates.

 

Hawley a ensuite envoyé une lettre similaire au PDG de Twitter, Jack Dorsey, fustigeant la société pour ce qu’il a qualifié d’”intervention inhabituelle qui n’est pas universellement appliquée à tous les contenus“.

Le sénateur a demandé à savoir comment Twitter avait déterminé que l’histoire du Post violait sa politique sur les contenus piratés et pourquoi la société avait pris “l’action sans précédent” de verrouiller le compte de l’organisation de presse.

Je vous demande de répondre immédiatement à ces questions et de fournir les justifications nécessaires afin que vos utilisateurs puissent avoir la certitude que vous ne cherchez pas à influencer le résultat de l’élection présidentielle avec vos décisions de retrait de contenu.

 
 

Sources :

https://reclaimthenet.org/hunter-biden-story-streisand-effect/

https://www.anguillesousroche.com/etats-unis/selon-une-etude-la-censure-exercee-par-les-big-tech-sur-lhistoire-de-hunter-biden-a-multiplie-par-deux-le-nombre-de-personnes-qui-lont-vue/

https://www.lesalonbeige.fr/un-article-du-new-york-post-censure-par-facebook-et-twitter/

Pin It on Pinterest

Partager

Partage cet article!