Projet Looking Glass – La Guerre Temporelle entre Q Anon et l’État Profond – Partie 1

20 Nov, 2019 | Éxopolitique, PSS et Divulgation | 0 commentaires

Écrit par le Dr. Michael Salla le 13 Novembre 2019

 

Peu de temps après son retour dans l’arène publique avec des messages sur le nouveau canal 8kun, Q(Anon) a fait une très brève référence à un “Project Looking Glass“. Malgré la brièveté du poste, il y a beaucoup derrière ce projet hautement classé qui est pertinent pour le mouvement QAnon et les efforts du Deep State pour le marginaliser et retirer le président Donald Trump du pouvoir.

Dans le post 3585, QAnon a écrit :

Q !!mG7VJJxZNCI ID : 9b601a No.7352963
Nov 11 2019 19:49:10 (EST)

https://twitter.com/fillasaufical/status/1194044070039085057
Projet Looking Glass ?
Aller de l’avant pour regarder en arrière.
Q

Le lien twitter renvoyait à un tweet de Clark Petrounov, qui prétendait que ce qu’il avait d’abord cru être une référence à une date dans un message Q, 11.11.18, était une adresse IP appartenant au centre d’information du réseau du Département de la Défense. L’implication était que les serveurs militaires étaient en quelque sorte impliqués dans l’hébergement du canal 8kun à travers lequel Q a une fois de plus repris ses publications après la fermeture de 8chan en raison du refus de différentes sociétés Internet de l’héberger sur leurs serveurs cloud.

Traduction : Mince ! C’était donc une adresse IP. Pas un rencard ! #MilitaryPrecision@POTUS #QAnon #KAG #WWG1WGA #TheGreatAwakening #MAGA #Trump #Trump202020 pic.twitter.com/MBYUuZollm – Clark Petrounov 🐸 (@fillasaufical) 12 novembre 2019

Beaucoup pensent que Q, basé sur des postes multiples, est un groupe lié aux services de renseignements de l’armée américaine travaillant en étroite collaboration avec la Maison Blanche deTrump. À première vue, il serait logique que le renseignement militaire aide 8kun à émerger en ligne puisque ce 8chan/8kun était le seul endroit sur lequel Q postait. Cependant, il est peu probable que l’armée américaine le fasse de manière transparente, étant donné les implications juridiques et politiques du soutien d’un comité d’affichage, beaucoup de gens dans le grand public ont été convaincus par les médias grand public (mainstream) qu’il s’agissait d’un lieu de rencontre pour les radicaux d’extrême droite.

Néanmoins, en se référant au tweet de Petrounovu, Q envoyait un message clair que la communauté du renseignement militaire aide en quelque sorte 8kun à établir une nouvelle présence sur Internet, peut-être en la protégeant des attaques DOS (Denial-Of-Service). C’est là que la référence de Q au “Project Looking Glass” devient très significative.

La première référence publique à un “Project Looking Glass” est venue du légendaire dénonciateur d’OVNI Bob Lazar lorsqu’il est apparu pour la première fois dans le domaine public en 1989, lorsqu’il l’a identifié comme l’un des projets classés de l’installation S-4 de la zone 51. Dans une interview, Lazar (L) a répondu à une question sur le projet comme suit :

C : N’y avait-il pas quelque chose à propos du projet “Looking Glass” ?

L : Oui, c’était plus tard… quand nous avons commencé à nous intéresser à la physique lourde de ce phénomène parce que la gravité déforme l’espace et le temps et ce qu’ils essayaient de faire… et je dis regarder en arrière dans le temps et certaines personnes évoquent des images d’un tunnel temporel… ils cherchent à deformer le temps en microsecondes pour voir ce qu’ils voulaient observer avec une lentille gravitationnelle… C’était donc un projet différent auquel ils étaient occupés, mais qui jouait essentiellement avec la déformation de la gravité…

 

 
Bien que Lazar ne soit pas lui-même impliqué dans le projet Looking Glass, d’autres se sont manifestés pour révéler ce qu’ils savaient des expériences militaires classifiées afin de déformer le temps pour regarder dans le passé.

Parmi eux se trouvait Preston Nichols, qui a participé à un projet classifié appelé Montauk qui a été révélé publiquement pour la première fois dans son livre de 1992 : Montauk Project: Experiments in Time (Projet Montauk: Expériences dans le temps).

Nichols a expliqué que le projet Montauk s’est déroulé de 1971 à 1983 à la base aérienne de Montauk, à Long Island, dans l’État de New York, et a impliqué de nombreux sujets humains dans des expériences militaires étranges. Certaines de ces expériences impliquaient des humains formés à l’utilisation de technologies extraterrestres, comme une chaise qui améliorait considérablement les capacités psychiques afin de pouvoir faire des choses extraordinaires comme déformer ou courber le temps pour regarder le passé ou l’avenir.

Nichols a expliqué ce qui s’est passé quand le médium Duncan Cameron s’est assis sur la chaise Montauk :

Duncan commençait par s’asseoir sur la chaise, puis l’émetteur était allumé. Son esprit serait vide et clair. Il lui serait alors ordonné de se concentrer sur une ouverture dans le temps, par exemple de 1980 (l’époque actuelle) à 1990. A ce stade, un ” trou ” ou portail temporel apparaîtrait au centre de l’antenne Delta T – vous pourriez marcher à travers le portail de 1980 à 1990. Il y avait une ouverture que vous pouviez voir. Il ressemblait à un couloir circulaire avec une lumière à l’autre extrémité. La porte temporelle resterait aussi longtemps que Duncan se concentrerait sur 1990 et 1980. (Projet Montauk, pp. 88-89).

Essentiellement, des médiums ont été placés sur la chaise Montauk et ont ainsi pu jeter un coup d’œil à différentes périodes de l’histoire afin d’obtenir de l’information d’intérêt pour leurs responsables du renseignement militaire.

Montauk était bien plus qu’une simple vision du passé et de l’avenir, comme l’a suggéré Nichol en faisant référence à la possibilité de marcher à travers le portail temporel. Un documentaire récent intitulé “The Montauk Chronicles” décrit les nombreuses expériences bizarres qui s’y sont déroulées et les témoignages directs de nombreux participants, dont la majorité ont été terriblement maltraités. En fait, des milliers d’enfants ont été involontairement retirés des rues et ont été perdus ou tués après avoir été envoyés par les “portails du temps”.
 

 
Le projet Montauk, cependant, n’est pas la première référence à la technologie extraterrestre en possession de l’armée américaine, ce qui lui a permis d’observer les événements à différentes périodes historiques.

Dans une interview télévisée de 1964, George Van Tassell, qui prétend avoir eu un contact physique avec des extraterrestres d’apparence humaine, dit qu’ils lui ont montré une technologie qui pourrait être utilisée pour voir une scène visuelle de toute période historique, que l’US Navy avait en sa possession.

Van Tassell dit que la technologie a été rapidement classée par la Marine et que l’inventeur a été forcé de travailler pour elle. La technologie de voyage dans le temps et d’observation décrite par Van Tassel dans son interview de 1964 est très similaire à ce qui fut décrit des décennies plus tard par Lazar comme “Project Looking Glass” qui, selon lui, était également géré par la marine américaine.

Si nous acceptons les témoignages de Lazar, Nichols, Van Tassell, et d’autres, alors il est clair que la communauté du renseignement militaire américaine mène le “Projet Looking Glass” depuis au moins le début des années 1960. Pour en revenir à l’article de Q du 11 novembre, Q suggère-t-il que la communauté du renseignement militaire utilise la technologie Project Looking Glass contre l’État Profond ?

C’est ce que Jordan Sather déclare dans sa plus récente vidéo sur sa chaîne populaire Destroying the Illusion (Destruction de l’illusion) sur youtube. Il suggère, avec un certain optimisme, que c’est la raison pour laquelle l’État profond a été embrouillé par Q et la communauté du renseignement militaire.
 

 
Bien que je sois d’accord avec Sather pour dire que Q et la communauté du renseignement militaire utilisent la technologie du projet Looking Glass dans une guerre civile secrète avec l’État Profond (Deep State), il convient de souligner que le Deep State utilise la technologie du projet Looking Glass depuis encore plus longtemps que la communauté du renseignement militaire américaine.

La première référence au genre de technologie dont il est question dans Project Looking Glass vient d’Italie dans les années 1950 ! Un prêtre dominicain du nom du Père Pellegrino Ernetti a inventé un Chronovisor en modifiant électroniquement les fréquences des chants des moines bénédictins sur un écran de télévision. En manipulant les fréquences, Ernetti a découvert qu’on pouvait regarder dans le passé. Il prétend avoir ainsi été témoin de la crucifixion du Christ et d’autres événements historiques.

Dans le livre, Father Ernetti’s Chronovisor: The Creation and Disappearance of the World’s First Time Machine (le Chronovisor du Père Ernetti : La Création et la Disparition de la Première Machine à Remonter le Temps du Monde), Peter Krassa, enquête sur l’incroyable découverte d’Ernetti. Il explique comment la technologie a été transmise à la hiérarchie du Vatican, qui l’a transmise à son tour à la Central Intelligence Agency. Il convient de souligner que le chef de la division du contre-espionnage de la CIA de l’époque, James Jesus Angleton, s’est occupé à la fois du Vatican et des bureaux israéliens pendant son long service, de 1954 à 1975.

La CIA a développé la technologie Chronovisor pour le groupe de contrôle des projets extraterrestres, Majestic -12, l’un des principaux bras du Deep State. Étant donné que la CIA est l’organisme clé pour recueillir des fonds du budget noir pour l’ensemble du complexe militaro-industriel, il aurait été facile de détourner suffisamment de fonds pour mener son propre projet Project Looking Glass.

En effet, c’est précisément ce qui s’est passé, selon Andrew Basiago, un avocat en exercice, qui affirme avoir participé à un projet Pegasus de 1967 à 1971 à l’âge de six ans. Il dit que le chronovisor développé par le Père Ernetti a été affiné par la CIA, en collaboration avec l’Advanced Research Projects Agency (ARPA/maintenant DARPA).

Basiago affirme qu’en 1970, lui et d’autres enfants participants au projet Pegasus ont visité diverses installations classées hébergeant des chronoviseurs :

À l’automne 1970, les enfants de mon groupe ont commencé à accéder aux événements passés et futurs par le biais de chronoviseurs Ernetti-Gemelli en troisième et quatrième dimensions situés à la General Manufacturing Company à Convent Station, New Jersey ; un auditorium public en construction à Morristown, New Jersey ; et l’installation ITT Defence Communications à Nutley, New Jersey.

L’affirmation de Basiago selon laquelle il visitait une installation classée gérée par ITT à Nutley (New Jersey) en 1970 a été corroborée de façon surprenante par un personnage aussi surprenante que le célèbre animateur radio Art Bell, qui était alors employé par ITT dans un projet de communication classé OTAN. Il s’agissait d’une information que Bell n’avait jamais divulguée publiquement auparavant. Il a été clairement choqué, comme le révèle Basiago lors d’une entrevue radiophonique en direct le 14 août 2015, lorsqu’il a rencontré Bell travaillant sur un projet classifié à l’usine Nutley en 1970, alors que Basiago avait seulement 8/9 ans.

Basiago affirme que la technologie du chronovisor était l’un des nombreux moyens par lesquels la CIA et ses partenaires du renseignement pouvaient voir le passé et l’avenir afin d’obtenir des données de renseignement et de tenter de manipuler l’histoire par des expériences de voyage dans le temps.

Par conséquent, il convient de souligner que la communauté du renseignement militaire (Q) et la Deep State/CIA utilisent toutes deux des technologies qui faussent le temps pour observer l’avenir et anticiper les mouvements de l’autre. Cela expliquerait pourquoi de nombreuses prédictions de Q n’ont pas abouti, et que l’État Profond semble avoir paré les révélations les plus dommageables faites par Q.

La conclusion est que nous ne sommes pas seulement témoins d’une guerre de l’information entre l’administration Q/military intelligence/Trump et le Deep State/CIA/Majestic 12, mais aussi d’une guerre temporelle. La référence de Q au ” Project Looking Glass ” invite les membres du mouvement Patriot à plonger profondément dans le monde hautement classé des technologies qui faussent le temps et leur lien avec la vie extraterrestre.

 

Michael E. Salla, Ph.D.

 

Aller à la Partie 2

 
 

Source : https://www.exopolitics.org/project-looking-glass-the-q-anon-deep-state-temporal-war

Traduction : Stopmensonges et LaGazettedeGaia

Pin It on Pinterest

Partager

Partage cet article avec tes amis!