Le Congrès Américain et le Pentagone ont Communiqué le Fait que les OVNIs ne sont Pas Fabriqués sur cette Terre

30 Juil, 2020 | Actualité, Éxopolitique, PSS et Divulgation | 0 commentaires

Écrit par le Dr. Michael Salla le 24 Juillet 2020.

 

Le New York Times vient de publier un article choc sur des informations classifiées sur les OVNI reçues par des membres du Congrès américain et des responsables du Pentagone, selon lesquelles les engins concernés sont des “véhicules extraterrestres non fabriqués sur cette terre”. L’article du New York Times (NYT) cite le Dr Eric Davis, un physicien qui travaille actuellement avec la société aérospatiale, qui a déclaré que des études confidentielles étaient menées sur les “véhicules extraterrestres” récupérés et conservés dans les locaux de l’entreprise.

Les auteurs de l’article du NYT, Ralph Blumenthal et Leslie Kean, ont écrit ce qui suit à propos des briefings révolutionnaires du Dr Davis :

M. Davis, qui travaille maintenant pour Aerospace Corporation, un entrepreneur de la défense, a déclaré avoir donné un briefing confidentiel à une agence du ministère de la défense en mars dernier sur les récupérations de “véhicules extraterrestres non fabriqués sur cette terre”.

M. Davis a également déclaré qu’il a donné des briefings classifiés sur les récupérations d’objets inexpliqués aux membres du personnel de la commission sénatoriale des services armés le 21 octobre 2019, et aux membres du personnel de la commission sénatoriale du renseignement deux jours plus tard.

Compte tenu des révélations de M. Davis, il n’est donc pas surprenant que la commission sénatoriale du renseignement ait demandé à la Communauté du Renseignement de rédiger un rapport complet sur les phénomènes aériens non identifiés (UAP, alias OVNI) en six mois. Cette demande a été incluse dans le projet de loi sur l’autorisation des services de renseignement pour l’année fiscale 2021 :

Le Comité soutient les efforts de la Task Force sur les phénomènes aériens non identifiés de l’Office of Naval Intelligence pour normaliser la collecte et le compte-rendu des phénomènes aériens non identifiés, de leurs liens éventuels avec des gouvernements étrangers adverses et de la menace qu’ils représentent pour les ressources et installations militaires américaines.

Blumenthal et Kean (Les auteurs de l’article du New York Times) discutent des récents commentaires de l’ancien leader de la majorité au Sénat Harry Reid et du sénateur Marco Rubio sur les briefings qu’ils ont reçus, auxquels ont participé Davis et d’autres responsables.

Il est à noter que Rubio a récemment déclaré dans une interview que des engins OVNI ont été enregistrés au-dessus de bases militaires américaines, ce qui est une révélation bien plus importante que les engins inconnus qui survolent l’océan dans les zones de test de la marine, comme le montrent les fuites de vidéos récemment reconnues par la marine comme authentiques.
 

 
Le témoignage du Dr Davis est important car, en 2019, un document de 15 pages a été divulgué à propos de sa conversation avec un ancien chef de la Defense Intelligence Agency (DIA) en 2002. Au cours de cette conversation, le vice-amiral Thomas Wilson a révélé à M. Davis des détails sur un incident survenu en 1997, lorsqu’il s’est vu refuser l’accès à un programme OVNI classifié géré par une grande entreprise aérospatiale, alors qu’il était, à l’époque, directeur adjoint de la Defense Intelligence Agency et vice-directeur du renseignement (VJ2) pour l’état-major interarmées.

Wilson a fait appel, sans succès, au Comité de Surveillance des Programmes d’Accès Spécial (SAPOC = Special Access Programs Oversight Committee) qui avait autorité sur le programme géré par l’entreprise. De manière surprenante, le Comité a statué en faveur de la société en considérant que Wilson n’avait pas un “besoin de savoir” démontrable, et que par conséquent l’accès lui était refusé.

Le pouvoir de l’entreprise provenait d’un accord conclu en 1994 avec le SAPOC qui donnait à la société le pouvoir de restreindre l’accès aux programmes liés aux OVNI aux fonctionnaires du Pentagone, quels que soient leur rang et leur position, comme Wilson s’en est plaint dans le document de 15 pages qui a fait l’objet d’une fuite :

Des conditions spéciales ont été établies d’un commun accord. Une circonstance spéciale qui doit répondre à des critères d’accès rigoureux fixés par le comité des entrepreneurs. Aucun membre du personnel de l’USG ne peut y avoir accès s’il ne répond pas aux critères – qui doivent être administrés par le comité du contractant (directeur du programme, avocat, directeur de la sécurité), quels que soient les droits d’accès et le poste occupé par le personnel de l’USG […].” [Transcription/Résumé p. 11]

Néanmoins, Wilson a appris par la suite que l’entreprise contractante avait tenté sans succès de faire de la rétro-ingénierie sur un véhicule extraterrestre récupéré. Il voulait savoir si Davis, qui à l’époque travaillait pour EarthTech, une organisation basée à Austin, Texas, impliqué dans des études avancées sur les technologies aérospatiales, en savait plus sur le programme OVNI de l’entreprise.

Le fait que le New York Times ait publié l’histoire impliquant Davis et sa connaissance de la procédure d’ingénierie inversé pratiquée par l’entreprise est très significatif. En tant que “journal officiel”, le New York Times ouvre désormais la porte aux sites des médias grand public qui reprennent les fils des révélations stupéfiantes de M. Davis et la transcription de sa conversation de 2002 avec le vice-amiral Wilson, qui a fait l’objet d’une fuite.

Le récit probable qui émergera de l’histoire du NYT est que les programmes classifiés gérés par des entreprises sur les engins extraterrestres récupérés sont très réels, et non l’imagination des théoriciens du complot OVNI. Cette évolution stupéfiera de nombreux professionnels qui ont ignoré des décennies de témoignages selon lesquels de tels programmes étaient menés secrètement dans de multiples installations militaires et d’entreprises.

Il reste à savoir comment les entreprises ont mis la main sur des engins OVNI récupérés et ont pu tenir à l’écart des responsables clés du Pentagone tels que l’amiral Wilson. Pourquoi les fonctionnaires du Pentagone qui dirigent le comité de surveillance du programme d’accès spécial ont-ils refusé l’accès à Wilson malgré son statut très élevé à la DIA et aux chefs d’état-major des armées ?

Une autre question importante à se poser est de savoir s’il faut croire les informations selon lesquelles les sociétés ont fait de très lents progrès dans l’ingénierie inversé sur des engins extraterrestres récupérés, comme Wilson l’a révélé à Davis lors de leur conversation de 2002. Selon de nombreux témoignages d’initiés évoqués dans ma série “Secret Space Programs Book“, la rétro-ingénierie des soucoupes volantes capturées a commencé dans les années 40, les premiers prototypes ont été testés en vol dans les années 60, puis ont été déployés dans les années 70 et 80.

Bien qu’il existe peut-être des programmes de rétro-ingénierie en cours dans des entreprises qui progressent lentement, comme l’amiral Wilson l’a appris en 2002, de nombreux témoignages montrent que les grands entrepreneurs de l’industrie aérospatiale ont fait des progrès significatifs des décennies plus tôt.

Pourquoi donc rendre publiques des informations selon lesquelles certaines entreprises américaines ont mené des études lentes et largement infructueuses sur les engins extraterrestres capturés ? Une réponse possible est que les responsables des programmes d’ingénierie inversé aux États-Unis ne veulent pas que le public sache que ces technologies ont été conçues et déployées avec succès il y a plusieurs décennies par l’armée de l’air et la marine américaines en collaboration avec certaines entreprises américaines.

En outre, l’histoire du NYT contribue au récit selon lequel d’autres pays, comme la Chine et la Russie, ont mis la main sur des technologies similaires et les ont rétroconçues avec succès, et qu’ils pourraient être à l’origine des observations d’OVNI/UAP par les pilotes de la Marine, comme l’ont supposé les sénateurs Rubio et Reid.
 

 
Une telle conclusion alimente le sentiment que les États-Unis sont derrière la Chine et la Russie dans le développement de ces technologies de pointe, et que les extraterrestres constituent la menace ultime s’ils choisissent soudainement d’intervenir dans les affaires humaines.

Beaucoup interpréteront à juste titre l’histoire du New York Times comme la promotion d’un récit qui conduit à une possible intervention extraterrestre qui pourrait être soit authentique, soit inventée par ceux qui possèdent ces technologies de rétro-ingénierie qui ont été conçues avec succès dans des installations d’entreprise il y a des décennies. Néanmoins, de nombreux esprits curieux seront inspirés à se plonger dans la littérature sur les OVNI et l'”exopolitique” pour connaître la vérité sur les programmes secrets de rétro-ingénierie extraterrestre que les initiés et les chercheurs ont révélés pendant des années, souvent accompagnés de moqueries et de représailles de la part de leurs pairs.

 

© Michael E. Salla, Ph.D.

 
 

Source : https://exopolitics.org/us-congress-pentagon-briefed-that-ufos-are-not-made-on-this-earth/

Traduit par : LaGazettedeGaia

Pin It on Pinterest

Partager

Partage cet article!