La CIA a Utilisé la Visualisation À Distance pour se Renseigner sur les Pyramides et les Habitants de Mars

10 Juin, 2019 | Éxopolitique, PSS et Divulgation | 0 commentaires

Un document déclassifié de la Central Intelligence Agency révèle qu’en 1984, la CIA employait une « visionneuse à distance » psychique pour examiner une région de Mars telle qu’elle était il y a environ un million d’années. Le spectateur à distance, qui ne savait pas que les coordonnées données étaient sur la planète Mars, décrivait la vue de pyramides, de technologies futuristes et d’une civilisation à l’apparence humaine très haute faisant face à une catastrophe environnementale imminente.

Petite partie de la région de Cydonia, prise par l’orbiteur Viking 1 et libérée par la NASA/JPL le 25 juillet 1976.

Ce qui rend le document de la CIA remarquable, c’est que les coordonnées fournies à l’observateur éloigné inconnu étaient celles de la région de Cydonia, telles qu’elles sont représentées dans une série d’images orbitales de Mars prises par Viking Orbiter en 1976.

Cydonia est devenu célèbre après une succession de chercheurs ont affirmé que la région contenait un visage, des ruines d’une ville, et des pyramides.

La première référence à des structures artificielles trouvées dans Cydonia date du 25 octobre 1977, article de National Enquirer intitulé « Did NASA Photograph Ruins of an Ancient City on Mars? » Il vaut la peine de souligner que l’Enquirer était un tabloïd dirigé par Gene Pope, un atout de la CIA qui a été formé à la guerre psychologique.

Le Pape et l’Enquirer National avaient pour but principal de cacher la vérité à la vue de tous en la publiant dans des reportages sensationnalisés avec des sources douteuses qui seraient largement ridiculisées par le grand public.

Par la suite, tous les universitaires ou scientifiques prêts à enquêter sur de telles allégations sensationnelles se sont heurtés au ridicule de leurs pairs et ont ruiné leur carrière professionnelle.

Néanmoins, des chercheurs compétents ont porté leur attention sur les images maintenant controversées de l’orbiteur Viking et ont découvert qu’elles semblaient en effet montrer un « Face on Mars » artificiellement créé, des ruines voisines baptisées « Inca City », et même des pyramides.

La première analyse objective des données Viking a été publiée en 1982 dans le magazine Omni par les chercheurs Vincent DiPietro, ingénieur électricien, et Gregory Molenaar, ingénieur informaticien. Leur article de 1982 Omni était un extrait de leur livre de 77 pages, Unusual Martian Surface Features, également publié cette année-là. Ils furent bientôt suivis par d’autres chercheurs indépendants comme Richard Hoagland, auteur en 1987 de The Monuments of Mars: A City on the Edge of Forever.

Ce que nous dit ce bref survol de l’histoire des images vikings de Cydonia, c’est que si des chercheurs comme DiPietro, Molenaar et Hoagland ont été largement ridiculisés par leurs pairs scientifiques pour leurs analyses et leurs conclusions, la CIA y prêtait une très grande attention.

Des documents de la CIA déclassifiés confirment que l’Agence et d’autres services de renseignement ont pris très au sérieux le téléaffichage. Un financement important a été consacré à l’étude de l’utilité de l’observation à distance en tant qu’outil de collecte de renseignements.

La conclusion était que l’observation à distance était suffisamment précise pour être utilisée sur le terrain, comme l’indique clairement le document déclassifié suivant de l’ICA daté du 9 mai 1984.

 

 

Parmi les téléspectateurs éloignés les plus précis décrits dans les documents de la CIA figurait le célèbre médium Ingo Swann.

Dans son livre de 1998, Penetration, Swann décrit en détail comment la CIA a utilisé ses compétences en matière d’observation à distance.

L’une des missions en 1975 était d’espionner sur des bases secrètes sur la Lune, qui étaient gérées par une ou plusieurs civilisations extraterrestres.

Dans le chapitre cinq, Swann commence par décrire son observation à distance de la Lune pour Axelrod/Axel, un officier de la CIA :

Traduction :

De retour au travail, Axel m’a donné les coordonnées de la Lune, chaque ensemble représentant des endroits spécifiques sur la surface de la Lune.
À certains endroits, il ne semblait y avoir rien d’autre à voir que Monnscapes.
Mais à d’autres endroits ? – Eh bien, il y avait des confusions, et j’ai perçu beaucoup de choses que je ne comprenais pas du tout. J’ai fait beaucoup de croquis, les identifiant comme ceci ou cela, ou ressemblant à autre chose. Sans commentaires, Axelrod a rapidement pris possession de chaque esquisse, et je ne devais plus jamais les revoir.
J’ai trouvé des tours, des machines, des lumières de couleurs différentes, des “bâtiments” étranges.
J’ai trouvé des ponts dont je ne comprenais pas la fonction. L’un d’eux s’est juste arqué – et n’a jamais atterri nulle part. Il y avait beaucoup de dômes de différentes tailles, des choses rondes, des choses comme des petites soucoupes avec des fenêtres. Il y avait des réserves à côté des côtés du cratère, parfois dans des grottes, parfois dans des grottes, parfois dans des hangars d’aérodrome.
J’ai eu du mal à estimer les tailles. Mais certaines “choses” étaient très grandes.

 

Les coordonnées sont celles de la région de Cydonia, et aussitôt le spectateur éloigné décrit une sorte de pyramide assise dans une vallée. Ceci est une corroboration remarquable pour les nombreux chercheurs qui ont identifié des pyramides dans les images vikings de cette région de Mars.

 

 

Ensuite, le téléspectateur éloigné répond à une série de questions sérieuses concernant la population qui vivait dans la région peu avant les perturbations géologiques à l’échelle de la planète survenues il y a environ un million d’années.

 

Il décrit la population comme très grande et mince, et cherche à échapper aux perturbations qui comprenaient des tempêtes très violentes :

Traduction :

MON : Parlez-moi de ceux qui dorment pendant les tempêtes.
SUB : …Ah…encore très…très…grand, très grand….les gens, mais ils sont minces, ils ont l’air minces à cause de leur taille et ils s’habillent comme dans, oh merde, c’est comme une vraie soie légère, mais c’est pas un vêtement fluide, c’est comme si c’était taillé sur mesure.

 

La civilisation martienne est en train de mourir et la population est au courant :

Traduction :

MON : Approchez-vous de l’un d’eux et demandez-leur de vous parler d’eux-mêmes.
SUB : Ce sont des gens anciens. Ils sont en train de mourir, c’est plus de leur temps ou de leur âge.
MON : Parlez-moi de ça.
SUB : Ils sont très philosophiques à ce sujet. Ils cherchent un moyen de survivre et ils ne peuvent pas.

 

Les Martiens attendent de voyager ailleurs pour survivre. Certains sont capables de s’échapper dans des régions lointaines, probablement hors de la planète, comme le suggère la citation suivante :

Traduction :

MON : Qu’est-ce qu’ils attendent ?
SUB : Ils sont ah….de toute évidence, c’était un groupe…un groupe ou une partie d’entre eux qui est allé chercher un nouvel endroit pour vivre. C’est comme si j’obtenais toutes sortes de commentaires écrasants sur la… corruption de leur environnement. Il échoue très rapidement et ce groupe est allé quelque part, comme un long chemin pour trouver un autre endroit où vivre.

 

Ensuite, le spectateur à distance décrit ce qui semble clairement être un vaisseau spatial transportant des survivants sur une autre planète il y a plus d’un million d’années:

Traduction :

MON : Ok, quand les autres sont partis, ces gens attendent, quand les autres sont partis, comment sont-ils partis ?
SUB : Une impression de ah….. Je ne sais pas ce que c’est. On dirait l’intérieur d’un plus grand bateau. Parois très arrondies et métal brillant.
MON : Accompagnez-les dans leur voyage et découvrez où ils vont.
SUB : Impression d’un endroit vraiment fou avec des volcans et des poches de gaz et des plantes étranges, un endroit très volatil, c’est un peu comme passer de la casserole mourante au feu. La différence, c’est qu’il semble y avoir beaucoup de végétation là où l’autre endroit n’en avait pas. Et un autre type de tempête.

La description ci-dessus est très suggestive de ce à quoi la Terre pouvait ressembler à l’époque.

 

Ainsi, les Martiens en fuite ont-ils voyagé sur Terre il y a environ un million d’années, laissant derrière eux des pyramides et d’autres ruines dans la région de Cydonia, qui ont été observées par l’orbiteur Viking en 1976 et le téléspectateur de la CIA en 1984?

 

Michael E. Salla, Ph.D

Allez vers la 2ème partie :  Les réfugiés martiens se sont-ils installés en Antarctique il y a un million d’années?

 

Source : http://www.elishean.fr/

Ajouts : Lagazettedegaia

Pin It on Pinterest

Partager

Partage cet article avec tes amis!