Google Traque votre Position et la Partage avec la Police, même lorsque votre Téléphone est Éteint

5 Mai, 2019 | Actualité, Éveil et Spiritualité | 0 commentaires

Même si vous désactivez le GPS, désactivez le suivi de localisation téléphonique et éteignez votre téléphone, il est toujours possible pour Google et la NSA de surveiller tous vos déplacements.

 

Au cours des deux dernières décennies, l’utilisation du téléphone cellulaire est devenue une partie intégrante de la vie quotidienne de la grande majorité des habitants de la planète. Presque sans aucun doute, les consommateurs ont choisi d’emporter ces appareils de plus en plus intelligents avec eux partout où ils vont. Malgré les révélations de dénonciateurs comme Edward Snowden, l’utilisateur moyen d’un téléphone intelligent continue de transporter les appareils avec peu ou pas de sécurité ou de protection contre les atteintes à la vie privée.

Les Américains constituent l’un des plus grands marchés de smartphones au monde aujourd’hui, mais ils se demandent rarement comment les agences de renseignements ou les entreprises privées peuvent utiliser leurs données de smartphones. Un récent rapport du New York Times ajoute à la liste croissante des raisons pour lesquelles les Américains devraient poser ces questions.

Selon le Times, les forces de l’ordre ont utilisé une technique secrète pour déterminer l’emplacement des utilisateurs d’Android. Cette technique consiste à recueillir des données de localisation détaillées recueillies par Google à partir de téléphones Android, d’iPhones et d’iPad équipés de Google Maps et d’autres applications Google.

Les données de localisation sont stockées dans une base de données Google connue sous le nom de « Sensorvault », qui contient des enregistrements de localisation détaillés de centaines de millions d’appareils dans le monde entier. Les registres contiendraient des données de localisation remontant à 2009. Les données sont collectées que les utilisateurs fassent ou non des appels ou utilisent des applications.

 

L’Electronic Frontier Foundation (EFF) indique que la police utilise un seul mandat – parfois appelé « Geo-Fence » – pour accéder aux données de localisation à partir d’appareils liés à des individus qui n’ont aucun lien avec une activité criminelle et qui n’ont fourni aucun soupçon raisonnable d’un crime. Jennifer Lynch, directrice de la surveillance des litiges de l’EFF, affirme que ces recherches sont problématiques pour plusieurs raisons :

Premièrement, contrairement aux autres méthodes d’enquête utilisées par la police, la police ne commence pas avec un suspect réel ou même avec un appareil cible – elle travaille à rebours à partir d’un endroit et d’une heure pour identifier un suspect“, a écrit Lynch.

 

Cela en fait une expédition de pêche – le genre même de recherche que le quatrième amendement visait à empêcher. Des recherches comme celles-ci – où la seule information dont dispose la police est qu’un crime a été commis – sont beaucoup plus susceptibles d’impliquer des innocents qui se trouvent simplement au mauvais endroit au mauvais moment et au mauvais moment. Chaque propriétaire d’appareil dans la région pendant la période en question devient un suspect – pour la seule raison qu’ils possèdent un appareil qui partage des informations de localisation avec Google.

 

Les problèmes liés à « Sensorvault » ont également préoccupé un groupe de législateurs bipartisans qui ont récemment envoyé une lettre à Sundar Pichai, PDG de Google. La lettre des démocrates et des républicains de la commission de l’énergie et du commerce de la Chambre de commerce des États-Unis donne à Google jusqu’au 10 mai pour fournir des informations sur la manière dont ces données sont utilisées et partagées. La lettre a été signée par les représentants démocrates Frank Pallone et Jan Schakowsky et les républicains Greg Walden et Cathy McMorris Rodgers.

 

Google a répondu au rapport du Times en déclarant que les utilisateurs choisissent de participer à la collecte des données de localisation stockées dans Sensorvault. Un représentant de Google a également déclaré aux législateurs que les utilisateurs “peuvent supprimer leurs données d’historique de localisation, ou désactiver le logiciel à tout moment“.

Malheureusement, cette explication tombe à plat quand on considère que les appareils Android enregistrent les données de localisation par défaut et qu’il est notoirement difficile de se retirer de la collecte de données.

En effet, bien que vous pouvez stipuler à Google lorsque vous utilisez ses services sur iPhone ou sur Android que vous ne voulez pas qu’il enregistre l’historique des positions, il le fera quand même. C’est ce qu’il ressort d’une enquête menée par Associated Press (AP) en collaboration avec des chercheurs en informatique de l’université de Princeton.

Google veut tellement savoir où vous allez qu’il enregistre vos mouvements même si vous lui demandez explicitement de ne pas le faire.

Lorsque vous utilisez Google Maps par exemple, il vous est demandé clairement de donner l’autorisation d’utiliser vos données de localisation, elles sont par la suite compilée dans un historique des positions. Il est possible de “mettre en pause” cet historique, sur le site de Google la désactivation est décrite ainsi “Vous pouvez désactiver l’historique des positions à tout moment. Quand l’historique des positions est désactivé, les lieux où vous vous rendez ne sont plus enregistrés“.

Tout cela, selon l’enquête menée par Associated Press (AP) est faux, Google continue de stocker les données de localisation malgré votre demande de ne pas le faire. Une simple consultation de Google Maps capture un instantané de votre position, l’application météo sur Android qui s’actualise automatiquement en profite pour conserver également votre position et même en faisant une recherche sur Safari qui n’a aucun lien avec l’endroit où vous vous trouvez comme par exemple  “biscuits aux pépites de chocolat”, votre latitude et longitude sont consciencieusement archivées.

 

En outre, en 2010, le Washington Post a publié un article sur la croissance de la surveillance par la National Security Agency. Ce rapport détaille une technique de la NSA qui “a permis à l’agence de trouver des téléphones cellulaires même lorsqu’ils étaient éteints“. Cette technique aurait été utilisée pour la première fois en Iraq pour poursuivre des cibles terroristes. De plus, il a été rapporté en 2016 qu’une technique connue sous le nom d’«écoute itinérante» permettait aux agents du FBI d’écouter les conversations qui se déroulaient près des téléphones cellulaires.

 

La réalité, c’est que ces outils – et bien d’autres qui ont été révélés – sont utilisés pour espionner des Américains innocents, pas seulement des criminels violents ou des suspects. Le seul moyen de lutter contre cette surveillance invasive est de cesser de soutenir les entreprises responsables des techniques et du partage des données. Ceux qui accordent de l’importance à la protection de la vie privée devraient consacrer du temps à apprendre comment protéger les données et les appareils numériques. La protection de la vie privée devient rapidement un vestige d’une époque révolue et la seule façon d’y mettre un terme est de sensibiliser les gens, de les exclure des entreprises qui ne respectent pas la vie privée et de protéger vos données.

 

Sources :

https://themindunleashed.com/2019/04/google-tracks-your-location-police-phone-off.html

https://www.nytimes.com/interactive/2019/04/13/us/google-location-tracking-police.html

https://www.universfreebox.com/article/45852/Google-traque-vos-deplacements-meme-lorsque-vous-desactivez-l-historique-des-positions

Traduction : ExoPortail

Ajouts: La Gazette de Gaia

Pin It on Pinterest

Partager

Partage cet article avec tes amis!